samedi 10 avril 2010

Culture et politique au Bénin

Galiou Soglo, Ministre béninois de la Culture




Bilan de quatre ans de pouvoir de Boni Yayi


Des artistes donnent leur opinion

Si tous les domaines ont été, d'une certaine manière, investis par le régime du Changement, celui de la culture manifeste une grande particularité en ce qui concerne l'intérêt du pouvoir pour ce secteur. Ainsi, quelques artistes donnent leur opinion de l'impact qu'aurait pu produire le Changement sur le secteur de la culture.

Erick-Hector Hounkpè,artiste-poète, déclamateur, homme de théâtre :

On doit reconnaître que quelque chose a bougé. Disons que Boni Yayi est venu après que tout a été par terre pratiquement et, donc, le peu qu’il fasse, c’est déjà grand. Dans ce sens, on doit reconnaître que c’est avec lui que les artistes et les créateurs ont bénéficié du milliard culturel, même s’il reste à épiloguer à propos de la gestion de cet argent-là ; ça reste un acquis. Aussi, on doit reconnaître que, sous ce gouvernement, on a subventionné et offert au public des spectacles, ce qui a fait travailler les artistes, ce qui leur a fait gagner de l’argent, même si on doit réfuter l’aspect que ce ne soit les musiciens souvent ; ce ne sont pas que les musiciens qui soient des artistes, il y a des plasticiens, des hommes de théâtre, des écrivains, des poètes, ainsi de suite. Par exemple, on aurait pu aussi subventionner des créations, des pièces de théâtre qu’on fasse circuler et qui aillent rencontrer les populations dans les localités. Ces choses ne se sont pas vues. Donc, on peut reconnaître que, même si on n’a pas eu les changements escomptés, on est – c’est déjà beaucoup dans ce secteur – dans cette illusion de changement ; on est dans des acquis qui permettent d’espérer un lendemain plus ou moins costaud, plus ou moins heureux. Cela dit, on aurait aimé mieux, parce qu’on estime que le Chef de l’Etat, c’est quand même un Docteur, c’est quand même quelqu’un qui a de la stature, vous voyez, comme au Sénégal, comme en Côte d’Ivoire, comme ailleurs où, dans une délégation officielle en déplacement, on voie un artiste ; c’est important : cela donne des clins d’œil aux créateurs, cela donne des clins d’œil en ce sens qu’ils se disent qu’ils sont considérés dans leur pays. De toute façon, on ne peut pas asseoir la diplomatie d’une nation à l’exclusion des créateurs, parce que ce sont eux qui, d’abord, donnent un rayonnement international à une nation et, on doit profiter de ce qu’ils génèrent pour améliorer l’image de marque de notre pays.


Je reconnais qu’il y a des changements positifs dans le secteur des arts. Autre chose : même si le Programme de soutien aux initiatives décentralisées (Psicd), désormais défunt, n’a pas été conçu sous le règne du Président Boni Yayi, c’est sous lui qu’on é exécuté ce premier mandat et, c’est quand même quelque chose d’important, c’est quand même un financement assez conséquent et lourd dont ont bénéficié des créateurs locaux, des Béninois et qui ont mis en route des projets immenses çà et là, que ce soit des festivals, que ce soit du hip-hop et autres, que ce soit des expositions pour donner de la lisibilité à ce qui se crée de meilleur dans le pays. Aujourd’hui, c’est vrai, on a reformulé ce programme sous la vaste enveloppe de ’’société civile et créateurs’’ ; je dis : c’est dommage, parce que le fait de mettre les créateurs à part nous donnait une certaine identité. Autre chose : je pense que c’est quand même sous son règne que les créateurs sont de plus en plus reçus à part ; ce n’est pas le magma de la société civile. C’est des gestes simples mais qui donnent le signal aux artistes, aux hommes de culture qu’ils existent. Et, je pense que nous devons, à l’avenir, veiller à approfondir ces genres d’acquis, qu’il y ait des artistes dans les délégations officielles, que les prix du Président de la République fleurissent, que ce soit en littérature, au théâtre, en musique, ainsi de suite, que des événements importants soient portés et subventionnés par le Gouvernement, qui permettent non seulement la révélation des talents, mais la démarche à l’exportation de ce que nous avons, parce que, croyez-moi, rien que pour ce que j’observe, ce pays dispose d’énormément de talents en matière de création, de couturiers, de stylistes, des artisans, des musiciens, d’immenses talents que les pays nous envieraient si on le mettait en valeur ; les autres n’ont pas mieux qu’ils chantent, qu’ils valorisent et autour desquels ils ameutent le monde en terme de tourisme. Il nous faut entrer dans cette logique, encore que nous en ayons beaucoup nous autres, il nous faut faire en sorte que les hommes de théâtre aillent jouer à la Présidence de la République des spectacles qui critiquent le Gouvernement, pour que le Gouvernement, tout assis, suive, que ce ne soit pas dans la rue qu’on le critique, que ce soit les créateurs qui le critiquent.


Je dois aussi reconnaître que, même si la tendance a commencé depuis les gouvernements antérieurs, l’insertion des animations culturelles au cœur des séminaires, est devenue systématique dans les ministères et les institutions, c’est quand même un atout ; moi, je suis créateur, ça me fait vivre. En même temps que ça me fait vivre, ça redéfinit mon profil aux yeux de mes compatriotes, j’exerce, j’ai l’espace pour exercer, je suis sollicité.


Je crois que le Gouvernement actuel, en matière de culture, fait un peu mais, nous le savons, tant qu’il reste à faire, eh bien, on ne peut pas gloser, chanter ce qui est fait ; je crois que c’est acceptable.

Hervé Gigot, artiste-plasticien béninois :

Le Changement ? Moi, je ne peux pas parler de changement, parce que je vais parler de ce que je sais, de ce que je maîtrise, c’est le monde des artistes-plasticiens. Je ne pense pas qu’il y ait un changement ; je pense peut-être qu’on a appelé quelques-uns, qu’on a parlé à quelques-uns et puis, les autres sont restés à l’arrière. Mais, le jour où je parlerai de changement par rapport au statut de l’artriste-plasticien que je suis, c’est lorsqu’un président viendra et qu’il dira : « Je vais construire quelque chose, un siège où les artistes-plasticiens vont se retrouver », comme on a fait, je pense, pour les hommes de théâtre ; ils arrivent à se retrouver à un endroit, ils font du théâtre, tout ça ; si on pouvait avoir un siège où on pourra dire qu’on a eu ce siège, qu’on a bâti ce siège pour les artistes, où on pourra se retrouver, où on pourra dire que c’est là que les artistes-peintres se retrouvent, le jour où on aura un endroit comme ça, on pourra dire que quelqu’un est arrivé pour changer quelque chose à notre niveau. Si c’est au niveau de la culture en générale, sûrement, on a fait quelque chose pour les ballets, le théâtre, les musiciens mais, pour l’art plastique, je ne crois pas que quelqu’un, depuis Kérékou, ait fait quelque chose.

Le changement ? Je ne crois pas qu’à notre niveau, il y ait eu changement et, c’est toujours le personnel, chacun travaille de son côté, on n’a pas d’association, on a essayé de faire une association qui n’a pas tenu parce que ceux pour qui on a voté n’ont pas tenu parole, ils n’ont pas fait ce qu’ils ont à faire ; je pense qu’il n’y a pas de changement. Déjà, c’est qu’on puisse faire notre métier convenablement, qu’on se retrouve bien dans notre peau, parce qu’on fait notre métier avec amour ; le reste, je laisse ça aux politiciens.


En réalité, quand je vois autour de moi, ça bouge, il y a des travaux ; nos routes et nos quartiers changent, des efforts se font, nous avons un Président qui a des idées. Est-il bien entouré ? Le conseille-t-on bien ? Existe t-il un homme en ce monde qui n’écoute personne, comme on le dit de lui ? Cela n’existe pas.


Au début, nous avons tous épousé l’idée du changement proposée par Yayi Boni, mais nous avons oublié les efforts et les sacrifices qui vont avec. Peut-on bâtir sur du vieux ou raser et faire du neuf ? Qu’est-ce qui est plus solide ? Soyons honnête et reconnaissons qu’il y a du changement, minime soit-il ; tout le reste n’est que politique, triste politique, égoïsme politique. Ne nous laissons pas manipulés par ces politiques qui ne pensent qu’à leur petite personne. On va nous faire croire qu’un autre candidat sera meilleur et fera mieux que Yayi. Erreur ! Il ne fera que ce qu’il pourra et, ceci, sous la pression de ceux-là qui l’ont fait venir et ils n’attendront de lui qu’une part de gâteau. Un cercle vicieux. Et, ce sera ainsi tous les 5 ans si nous nous endormons et laissons ces politiques décider pour nous.


Le Président n’est pas le messie, il a ses défauts, ses qualités, c’est juste un homme comme nous ; laissons-le bosser, collons-lui la paix ! Qui n’a jamais détourné, lui jette la première pierre ! Je ne fais pas la politique et aucun politicien de ce pays ne me donne envie d’en faire ; ils me donnent tous envie de vomir ! Des menteurs et des lâches qui ne sont pas un exemple pour les jeunes.


Je voudrais passer un message : la culture, ce n’est pas seulement le théâtre, le ballet national, la musique, c’est aussi l’art plastique. Mais, il y a une certitude : si nous sommes ignorés, c’est de notre faute ; pas d’organisation, pas d’unité, éparpillés. Donc inexistants dans le monde culturel. Pourtant, nous faisons partie des plus grands ambassadeurs de ce pays.


Hodall Béo, caricaturiste et bédéiste :

Le Changement de Yayi Boni, je ne sais pas ce que ça donne aujourd’hui et, je crois qu’il va devoir faire plus attention et moins improviser. Dans le domaine culturel, je crois quand qu’il y a une certaine avancée ; on a parlé du milliard culturel, mais est-ce que les personnes qui sont tenues d’exécuter ces projets-là sont les bonnes personnes ? Le problème, c’est en fait les personnes qui doivent travailler à faire exécuter les projets, ce qui amène la question de la bonne personne à la bonne place. Donc, si tant est qu’on condamne souvent les anciennes méthodes et qu’on n’a pas changé les personnes, les méthodes ne changeront pas non plus, puisque les mêmes personnes sont toujours en place. Ce qu’il y a lieu de faire, c’est de changer les mentaux qui sont à ces niveaux décisionnels, pour que le Changement soit visible, au niveau de la culture, par exemple.



Propos recueillis par Marcel Kpogodo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire