jeudi 15 août 2019

’’Deutsch bei uns’’, la maîtrise de l’allemand par les arts de la scène

Dans le cadre d’une représentation théâtrale tenue à Abomey-Calavi

La soirée du samedi 12 juillet 2019 a donné l’occasion à un public constitué majoritairement par des étudiants en langue allemande de suivre une représentation théâtrale essentiellement en Allemand, au siège du Centre d'Apprentissage, ''Deutsch bei uns'', sis Commune d'Abomey-Calavi. La preuve que les arts de la scène peuvent constituer un moyen efficace pour maîtriser une langue étrangère.
Une séquence du spectacle, ''Les voleurs au Bénin'' ...
’’Les voleurs au Bénin’’. Le titre de la pièce de théâtre qu’ont jouée, dès le début de la soirée du samedi 12 juillet 2019, les membres de la troupe théâtrale liée au Centre d’apprentissage de la langue allemande dénommée ’’Deutsch bei uns’’ (Dbu), situé à Abomey-Calavi.
... pour un public ayant fait le grand déplacement
Cette pièce, une adaptation de celle, allemande, intitulée, ’’Die Räuber’’, ’’Les voleurs’’, en français, du dramaturge allemand, Friedrich Schiller, avait été représentée par les comédiens estudiantins, le 13 juin 2019, à la résidence de l’Ambassadeur de l’Allemagne près le Bénin. Mise en scène par Jean-Louis Kédagni, elle a plongé le public dans l’univers du grand brigandage sur le fond d’une rivalité entre les frères Karl et François, ce qui se dénoue par la victoire du premier qui, au passage, retrouve sa bien-aimée, Amalia, et son père, face au second, usurpateur du titre de chef de famille, qui se suicide. Un spectacle additif d’humour, assuré par Jean-Louis Kédagni et Lucas Allavo, a davantage agrémenté la soirée.
De gauche à droite, Lucas Allavo et Jean-Louis Kédagni, dans leur jeu comique
En réalité, la réussite de la mise en scène de Jean-Louis Kédagni est relative à sa capacité à intégrer dans le spectacle des éléments linguistiques et culturels du Bénin. Ceci a permis au spectateur non initié à la langue allemande de comprendre le jeu des acteurs. Et, Marc Bonou, Directeur du Dbu, accompagné par sa sœur et journaliste culturelle, Valentine Bonou, a su initier le Centre concerné et réguler son fonctionnement et son animation réguliers.


Marcel Kpogodo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire